adulte dyslexique et entrepreneur ?

Adulte dyslexique et entrepreneur ?

J’aimerais vous parler d’un sujet qui me concerne et aussi sans doute des personnes de votre entourage. Peut-être que vous même qui me lisez, vous êtes concernés. Peut-être sans le savoir. Adulte dyslexique, n’ayez pas peur de vous lancer.

::::::::::

Je vais vous parler de la dyslexie. Loin de moi l’idée de vous parler de ce que vous avez probablement déjà entendu à ce sujet. Mais si vous souhaitez découvrir la dyslexie sous un autre angle, lisez ce qui suit. Mon souhaite est que cet article aide l’adulte dyslexique qui à soif d’entreprendre, mais qui manque de confiance. Amis dys, j’espère que ma petite expérience vous aidera à croire en vous. Amis non-dys, j’espère que cet article fera évoluer votre regard.

::::::::::

 

En faire davantage pour réussir ?

J’ai pris conscience récemment que j’avais toujours eu le sentiment que je devais travailler plus dur et plus fort que les autres pour réussir.

Face à ce sentiment, connu de bon nombre de dys, il y a deux manières de réagir : travailler plus dur, ou abandonner.

J’ai choisi la première option, ce fut mon mode de fonctionnement durant toute ma scolarité. J’y ai laissé des plumes, c’est clair. Et je ne conseille à personne de travailler comme je l’ai fait. Aujourd’hui je sais que pour réussir, surtout sur la durée, il ne faut pas travailler plus dur, mais travailler plus efficacement.

 

Adulte dyslexique, un handicap ?

Malgré ce sentiment de devoir faire plus que les autres pour arriver au même résultat, je n’ai jamais considéré ma dyslexie comme un handicap (parce que quand on est dys, on n’est pas à un paradoxe près ;)).

Et j’avoue être très attristée, car il y a trop peu de dyslexiques dans mon cas. Pourtant, j’ai vécu comme eux l’humiliation face aux professeurs, aux enfants, et même dans ma vie d’adulte, car je faisais / disais / voyais les choses d’une manière « bizarre ». Mais leurs réactions ne doivent pas changer la façon dont on se perçoit soi-même. Ce sont les autres qui perçoivent cela comme un handicap. Ils ne sont pas toujours malintentionnés. Bien souvent, c’est juste de la compassion.

Comme bien des dys, j’ai été incomprise, car je n’arrivais pas à exprimer aux autres ce qui bloqué dans mon cerveau, d’une façon qu’ils auraient pu comprendre. Comme eux :
– je me suis pommée un nombre démentiel de fois.
– j’ai des difficultés énormes là où je vois bien que c’est évident pour les autres,
– ces mêmes difficultés m’ont souvent fait passer pour une personne faisant preuve de mauvaise volonté, car cette explication-là semblait être la seule possible pour les gens,
– je n’en parle pas souvent, mais la dyslexie est encore bien présente dans ma vie d’adulte.

Pourtant non, je n’ai jamais considéré que c’était un défaut ou un handicap, et je ne changerai pour rien au monde.

Même si je ne sais pas retourner dans un endroit ou l’on m’a amené 100 fois.

Même si je ne sais jamais orthographier le verbe appeler (merci le correcteur).

Même si je ne porte pas de montre parce que mon cerveau bloque dès qu’il faut lire un cadran.

Même si je n’arrive pas à lire plus de 5 pages d’un livre d’affiler.

Même si je ne connais pas mes tables de multiplication.

Même si j’ai toutes les peines du monde à faire un simple calcul de tête.

Même si parfois mon cerveau refuse tout simplement de répondre quand j’ai besoin de lui.

Je sais que je ne suis pas moins bien loti que n’importe qui de non dyslexique.

 

Aujourd’hui, vous êtes adultes

Enfant, il m’arrivait d’être triste. Pas parce que je me sentais moins douée ou en difficulté, mais parce que je savais que je n’étais pas ce que les gens voyaient en moi et c’était frustrant de ne pas savoir comment leur expliquer que « non, je ne suis pas bête ». J’étais une enfant donc je n’avais pas la maturité suffisante pour expliquer aux autres que ma façon de réfléchir était aussi valable que la leur. Mais aujourd’hui, vous êtes grand. Bien que vous soyez un adulte dyslexique, vous êtes avant tout un adulte, capable d’exprimer sa vérité.

 

Ce que j’ai accompli avec la dyslexie

Ma dyslexie ne m’a jamais empêché d’accomplir quoi que ce soit, au contraire.

Elle m’a aidé à apprendre le HTML en autodidacte quand j’avais 13 ans.

Elle m’a aidé à obtenir un bac littéraire mention assez bien, malgré des copies criblées de fautes d’orthographe, à mettre n’importe quels profs de français en PLS.

Elle m’a aidé à faire des études d’art appliqué (impressionnant le nombre de dys qui se dirige vers le design, d’ailleurs ! ) et à obtenir un BTS et une spécialisation en Design Global.

Sans jamais demander de bénéficier de dispositions spéciales.

Elle m’a aidé à être embauchée dans un grand groupe, comme graphiste print.

Elle m’a aidé à me lancer à mon compte.

Elle m’a aidé à créer ce blog.

Elle m’a aidé à faire de ma passion mon métier.

Elle m’aide chaque jour, chaque heure, dans chaque aspect de ma vie, parce que j’en ai fait mon allié et non mon ennemie.

 

Croire en soi

Si tu es dyslexique et que tu crois que tu ne peux pas entreprendre, que tu ne peux pas faire ce que tu aimes, s’il te plait crois en toi.

Tes qualités sont uniques et tes faiblesses sont comme celles de n’importe qui, autrement dit : elles sont contournables.
Elles ne doivent pas t’empêcher de réaliser tes rêves.

Pour t’en convaincre, tu peux lire cette liste des personnes dyslexiques célèbres.

 

Stp, si tu as des amis dyslexiques qui ne croient pas en leur rêve, partage-leur cet article.

 

Créativement,

 

Aurore

  •  
    22
    Partages
  •  
  • 13
  • 9
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “Adulte dyslexique et entrepreneur ?

  1. Salut Aurore, je viens de lire ton article sur les gens dyslexiques, c’est super juste. Je suis moi même dys. Et il est tellement vrai que nous sommes dans un grand paradoxe, le dys. à sa propre logique ce qui nous permet de déployer une autre forme d’intelligence. Longtemps j’ai cru ce que les autres et les professeurs me disaient  » tu es nulle ». Mais comme toi j’ai décidé de me battre, et d’affronter ces obstacles. Aujourd’hui j’ai bel et bien conscience de mes compétences mais sur sur tout des mes forces développer grâce à la dyslexie.
    Merci pour cet article!
    Ps: j’ai souri sur l’orthographe d’appeler, car je suis dans le même cas que toi

    1. Merci Sophie pour ton commentaire ! Quelle joie de te lire ici 🙂 !!!
      C’est fou on bloque sur les mêmes mots, on devrait trouver un synonyme pour le verbe appeler XD !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *