De l'idée à la création - Revisiter ses supports de com' - partie 3

De l’idée à la création { Je revisite mes supports de com’ – partie 3 }

Vous avez une super idée pour votre flyer, votre carte de visite, votre Facebook, etc., et vous aimeriez savoir comment la concrétiser ? Où, de manière générale, vous aimeriez créer des choses, mais vous n’allez pas au bout ? Comment passer de l’idée à la création ? Lisez ce qui suit !

::::::::::

Bienvenue dans la 3e partie du thème “Revisiter ses supports de com”. Après « comment choisir quels supports retravailler«  et « comment faire naître les idées« , nous allons voir comment passer de l’idée à la création. Pourquoi est-il important : d’aller au bout de son idée, de soigner la réalisation, de garder à l’esprit qui est votre cible, et de laisser votre idée s’exprimer dans chaque détail ?

::::::::::

 

Pourquoi faut-il approfondir votre idée ?

Une idée ne se suffit jamais à elle-même. Pour passer de l’idée à la création, il faut imaginer une graine que vous devez aider à germer pour qu’elle grandisse et devienne une pousse, une plante, un arbre, une forêt !

Bien sûr, vous pouvez choisir d’en rester au stade de l’idée primaire. Mais quel dommage !

Une idée n’est qu’une étincelle. Mon expérience de graphiste m’a démontré qu’une idée peut toujours être développée. L’étincelle peut devenir un brasier ! C’est comme ça que l’on passe d’un “mouai… y’a d’l’idée…” à un “Quoi ? T’as trouvé ça tout seul ?!”

C’est lorsque l’on s’autorise ce temps, cette réflexion, cette ouverture, que la magie opère ! Jusqu’à se surprendre soi-même.

Dans mon article précédent, je vous partageais ma technique de créativité, avec laquelle je fais naître des idées pour créer des supports de communication. Et bien, c’est la même technique pour aller au bout de son idée.

 

Ce qu’il faut savoir à propos de la réalisation

Avoir une idée c’est bien. Mais c’est juste le début. Il faut la mettre en application. Et il y a des centaines de manières de le faire. Une très bonne idée ne suffit pas si la façon dont elle est mise en œuvre est médiocre. En revanche, vous pouvez avoir une idée pas mauvaise, mais pas extraordinaire non plus, et la réaliser de façon tellement géniale que le résultat sera époustouflant.

Par exemple, vous avez sans doute déjà pensé : « Ce film avait du potentiel, mais c’est raté…». De même, vous vous êtes probablement déjà dit : « Je n’aurais pas cru en lisant le synopsis, mais en fait, j’ai passé un super moment !».

Si vous n’êtes pas cinéphile, voici un parallèle culinaire. Une tarte aux pommes. Rien de plus simple et classique comme idée de dessert ! Et pourtant, selon la manière dont vous allez la préparer, la tarte peut être délicieuse, ou pas terrible du tout. Une même idée peut donner un résultat totalement différent selon la façon dont on la réalise.

Pour passer de l’idée à la création, c’est donc la mise en œuvre qui fait toute la différence. Vous pouvez vous permettre d’avoir une idée non révolutionnaire, d’ailleurs, la plupart des idées ne le sont pas. Ne soyez pas trop sévère avec vos idées. Le résultat peut s’avérer splendide, tout est une question de mise en œuvre.

 

Ne jamais oublier pour qui vous le faites

Reprenons les exemples cités plus haut. Quand je dis qu’une tarte aux pommes est délicieuse ou pas, quand je dis qu’un film est bon ou pas… c’est évidemment subjectif. D’autres personnes pourraient détester alors que j’ai aimé et vice versa.

Alors finalement, c’est quoi une « bonne » idée ? C’est quoi une « bonne » réalisation ? Oui, je sais, on dirait que je m’aventure dans un débat qui va vous donner mal au crâne, mais pas de panique, la réponse est simple :

C’est bon quand ça fonctionne bien pour les personnes que vous ciblez !!!

Si les autres n’aiment pas, peu importe, puisque ce n’est pas le but et que de toute façon, on ne peut pas plaire à tout le monde. D’ailleurs, en communication, il ne faut surtout pas plaire à tout le monde.

À la fin de la partie 2, j’avais choisi une idée parmi toutes celles que j’avais trouvées. J’ai donc décidé de l’approfondir. L’idée en question était de transformer mon compte Pinterest en Boîte à outils. J’ai donc précisé mon idée pour les entrepreneurs. Si je pouvais créer la boite à outils idéale pour ma cible, que contiendrait-elle ? Des outils pour…

  • gérer les réseaux sociaux
  • créer des visuels facilement
  • gérer les coups de blues et la démotivation
  • être toujours inspirer
  • faciliter la comptabilité
  • voir ce que font les concurrents
  • etc.

En menant cette réflexion, je me suis rendu compte qu’il s’agissait plus d’un Kit de survie de l’entrepreneur que d’une boite à outils (oui, n’hésitez pas à modifier et à ajuster votre idée au cours de votre réflexion).

 

Dieu est dans les détails

Sans tomber dans le perfectionnisme, laissez s’exprimer pleinement votre idée. Dans chaque détail. C’est aussi comme cela que vous allez créer de la cohérence. Le mieux, c’est de vous montrer un exemple.

  • Le vocabulaire :

J’ai décidé de nommer mes tableaux avec des mots en rapport avec mon idée. « Outils », « Antidote », « Inspiration » et « Mode d’emploi ».

 

  • Le graphisme :

Pinterest donne la possibilité d’intégrer une image de couverture sur chaque tableau. J’ai tourné cette fonctionnalité en faveur de mon idée, en attribuant une couleur et un pictogramme à chaque type de tableau pour qu’il soit rapidement reconnaissable. Résultat : on renforce la notion de « kit » conçu pour être utile et pratique.

 

  • Le descriptif

Pour être cohérent, il a donc fallu que je modifie ma description. Je l’ai alors réécrite, en expliquant le concept.

 

  • Mon avatar :

L’avatar est la première chose qui permet d’identifier un compte Pinterest. On ne lira pas forcément votre description, mais on verra à coups sûrs votre avatar. Là encore, je l’ai personnalisé pour qu’il serve mon idée.

 

Faire appel à un professionnel, ou pas ?

Vous avez désormais une idée précise de ce que vous aimeriez créer et de la forme que cela pourrait prendre. Deux choix s’offrent à vous : le réaliser par vous-même, ou faire appel à un professionnel de la communication. En écrivant cet article, j’ai conscience que le sujet est vaste, si bien qu’il fera l’objet d’un 4e article. Celui-ci viendra clore le thème “Revisiter ses supports de com’ “.

Je vois énormément d’entrepreneurs choisir de réaliser eux-mêmes leurs supports de communication. Même si, dans la plupart des cas, le résultat est plutôt catastrophique, je dois admettre que j’ai déjà été agréablement surprise.

Vous allez peut-être vous dire que comme je suis graphiste, je vais forcément prêcher pour ma paroisse en vous interdisant de créer vous-même vos supports, sous peine d’être fouetté sur la place publique et d’être responsable de l’extinction de notre beau métier.

Au risque de déplaire de mes confrères, je ne ferais pas ça. La décision vous appartient, car c’est votre business, et votre gestion de votre temps et de votre budget. Mais pour vous aider à prendre cette décision, je vous donne rendez-vous sur le blog très prochainement, pour découvrir l’article en question.

 

Aimez la page Facebook ou suivez Marguin Design sur Twitter ou Linkedin pour être informé dès qu’un article sera publié !

Créativement,

Aurore

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *