C’est l’histoire de quelqu’un qui avait une passion. Un beau jour cette personne décida de faire de sa passion son métier et de le pratiquer le plus librement possibles en créant son entreprise.

Cette personne, nous allons la nommer Camille. Camille est un homme. Camille est une femme. Camille pourrait très bien être les deux ou aucun des deux, ça n’a pas vraiment d’importance dans cette histoire. Alors je vous laisse libre de décider.

Après de longues tergiversations avec ses proches, d’interminables recherches sur le web et des heures passées à la chambre des métiers, Camille obtient enfin son numéro SIRET et peut commencer à exercer officiellement son métier-passion !

Mais pour travailler, il lui faut des clients… et le monde ne sait pas que l’entreprise de Camille existe.

Comment se faire connaître dans un monde où les gens sont noyés d’information ? Dans un monde où il existe déjà tellement de concurrence ?

Dans un monde où les gens vivaient très bien avant que son entreprise existe. Comment les convaincre de s’y intéresser ?

Bien sûr, Camille savait que ce problème surviendrait. Sa tatie Lili et son cousin Jéjé l’avaient bien prédit. Mais Camille se disait que, quels que soient les obstacles, sa passion était plus forte. Vivre de sa passion, voilà le rêve que Camille voulait poursuivre en dépit des difficultés .

Alors Camille se dit: « Si d’autres y arrivent, alors pourquoi pas moi ? Je vais regarder ce que font les autres et m’en inspirer ! »

Retour sur l’oracle Google. Camille fait des recherches : comment se faire connaître ? Comment trouver des clients ?

Camille voit ses concurrents sur Facebook, ils se sont créé une page. Camille voit qu’ils ont des sites web. Mais Camille ne sait faire ni l’un ni l’autre.

Camille continue ses recherches, mais ne trouve que davantage de nouvelles questions.

De « combien coute un site » on passe à « quelle CMS choisir ? » ; de « comment créer sa page Facebook » à « comment publier efficacement sur les médias sociaux ».

Camille se retrouve face à un monde aux dimensions étourdissantes.

Camille essaie bien de créer sa Page Facebook, mais bute sur les premières étapes.

Les Internets lui disent qu’il faut faire un site – mais un super site – avec WordPress/Wix/Jimdo/Squarespace – ils n’arrivent pas à se mettre d’accord on dirait – un site avec un blog aussi, qu’il faudra alimenter d’articles – mais avec des vidéos – mais aussi du texte hein, pour le “SEO” – et des sous-titres pour les réseaux sociaux – pleins de réseaux sociaux : Facebook/Instagram/Linkedin/Snaptchat/Myspace…quoi? Ça existe plus Myspace ? Et faut faire de la pub aussi, pub Facebook, pub Google Ads. Et le print ! Ne pas oublier le print ! La carte de visite, le flyer, la plaquette commerciale, le logo ! Bah oui il te faut un logo – et des images pour tes réseaux sociaux – et la newsletter, tu y as pensé ? Il te faut des adresses email à qui envoyer tes newsletters, et pour ça, il faut réseauter – réseauter – réseauter. Attends ! Il y a aussi les groupes Facebook, Pinterest, les podcasts, le netlinking…

Camille a une boule dans la poitrine.

Camille se demande dans quelle dimension il est possible d’en faire autant.

Est-ce que les entrepreneurs qui réussissent font vraiment toutes ces choses ?

Est-ce que son entreprise tiendra la route sans tout ça ?

Comment démêler le bon du mauvais ? L’essentiel du superficiel ?

Comment trouver le temps d’apprendre toutes ses choses et de les mettre en pratique ?

Déléguer ? Oui, mais, avec quels argents ? Et comment savoir si ça vaut le coup ?

Comment savoir si ça vaut le coup de dépenser de l’argent et du temps dans Facebook ? Instagram ? Dans un site web ?…

Des questions qui amènent davantage de questions.

Les jours passent.

Petit à petit, Camille perd de vu sa passion.

Camille est immobile et se demande bien où est passé son enthousiasme.

Sa passion, son moteur, est ensevelie sous des milliers d’informations, des centaines de pages web, des tonnes de doutes.

Camille aime son métier, mais Camille se sent perdu, Camille ne sait pas par où commencer.

Camille stresse. Alors Camille médite. Enfin, parfois. Parce que c’est bon de méditer. C’est un coach sur Instagram qui l’a dit.

Mais lorsque Camille ferme les yeux, le vide ne se fait pas dans son esprit. Des pensées l’envahissent : « comment as-tu pu croire que tu y arriverais ? Tu ne vois pas ? Tu n’as pas ce qu’il faut ! »

Camille, il faut que je te dise.

Je sais ce que c’est.

Et pourtant moi, je suis dans la communication d’entreprise !

Tu sais, je n’ai pas la prétention de dire que j’ai la solution miracle et universelle au succès.

Mais je crois sincèrement au plus profond de moi que si tu fais les choses dans la joie, tu les feras comme il faut. Tu répondras à tes propres besoins.

Je ne crois pas qu’il existe de recette toute faite pour réussir. Toutes les informations que tu vois sur Internet sont de précieux conseils, oui, une mine d’or, mais les plus précieux et les plus efficaces se trouvent au fond de toi.

Ne crois pas que tu dois rentrer dans un moule et appliquer tout ce que tu lis sur le net.

Regarde Apple, leur logo c’est une pomme… une POMME ! Pour de l’informatique ! Ça fait relativiser, non ?

Fais ce qui te met en joie.

Plein de gens trouvent des clients sans se soucier du référencement. Plein de gens vivent de leur business sans réseaux sociaux.

Tout ça, ce sont juste des outils qui sont là pour répondre à tes besoins. TES besoins. Ce n’est pas à TOI de répondre aux exigences de ses outils.

Camille, de quoi as-tu besoin pour réussir ?

Un indice : Google n’a pas la réponse à cette question

Créativement,

Aurore

Cet article vous a aidé ? Vous êtes libre de le partager sur vos réseaux sociaux 🙂

Créativement,

Aurore

  •  
  • 12
  •  
  •  
  •  
  •