Marguin Design

Pas motivé pour travailler, que faire ?

Tu sais, l’une des expériences les plus douloureuses que j’ai vécu a été l’écroulement de mon estime de moi à cause du manque de motivation qui m’empoisonne la vie.

Cela peut sembler anodin, mais on sous-estime la souffrance intense que cela engendre ! Vivre de ma passion était devenu impossible.

Heureusement, j’ai fini par trouver des solutions et par retrouver l’estime de moi même.

Dans cet article, tu apprendras la bonne attitude à adopter lorsque l’on n’est pas motivé à travailler (et avancer même sans motivation !) et mon processus en 6 étapes pour te forcer à travailler sans être motivé, à appliquer quand, par-dessus le marché, on doit répondre à une urgence !

Quand je ne suis pas motivée pour travailler, je crée de la souffrance

Si comme moi, il t’arrive de te retrouver dans au moins l’un de ces cas de figure :
– parfois, sans raison a priori, tu te sens frustré, car tu n’es absolument pas motivé pour travailler, même dans ce qui te passionne d’habitude ;
– tu culpabilises de ne pas être motivé ;
– tu t’es déjà réveillé plein de détermination, mais tu t’es couché le soir plein de déception, car tu n’as pas réussi à t’y mettre à fond ;
– chaque jour où tu n’arrives pas à avancer comme tu le voudrais est une nouvelle défaite ;
– tu as bien essayé de te forcer à te mettre au travail, mais c’est tellement douloureux que tu procrastines encore plus ;
– tu sens que tu perds confiance en ta capacité à te mettre au travail ;
… alors, sache que tu n’es pas seul et on va voir comment tu peux te sortir de là.

En revanche, si tu ne te reconnais dans aucune de ces affirmations, alors bravo ! Tu es un ninja de la motivation et je n’ai rien de plus à te raconter aujourd’hui XD

Mieux que la motivation : l’acceptation

Lorsque tu n’es pas motivé pour travailler, accepte que c’est juste pas le jour. Pas le moment. Aujourd’hui tu es appelé à faire autre chose. Lâche prise et tu verras ce qui arrivera.

Bien souvent, j’ai remarqué que quand je fais ça, un miracle se produit.

Je fais un truc que je n’avais pas prévu pour cette journée, mais qui tombe à pic. Un truc utile que je n’aurais pas pu faire en me donnant un coup de pied au derrière, mais qui me vient naturellement et sans avoir besoin de forcer.

Parfois, on ne choisit pas ce qu’on va être apte à faire, c’est OK

Ce qui n’est pas OK c’est de résister et d’insister dans une direction quand ça ne veut pas.

Aujourd’hui je n’ai travaillé qu’une heure sur mes CGV alors que c’était ce que j’avais prévu. Je n’étais absolument pas motivée pour travailler là-dessus et me forcer provoquer beaucoup de douleur (après un burn-out, se forcer est d’ailleurs une assez mauvaise idée, cf mon interview de Sandra Boré, spécialiste du sujet).

Je sais très bien qu’un autre jour ça le sera moins donc j’accepte et je lâche prise.

Après l’acceptation, le retour au présent et l’accueille ce qui te vient spontanément

Lâcher, ça fait mal par moment…
…mais avec l’entraînement on y parvient.

Pour y parvenir, après avoir accepté la situation, je choisis de revenir au moment présent en méditant, en regardant mes plantes, en savourant un thé dehors… Je me fais plaisir en vue de trouver un apaisement. Le but est revenir au calme intérieur, pas de s’hypnotiser devant la télé ou les réseaux sociaux. Et là j’accueille ce qui vient.

Lâcher prise ne signifie pas que tu ne vas pas être productif

En l’occurrence , je me suis senti inspirer pour envoyer un vocal à une amie… Qui m’a amené à écrire un brouillon, qui m’a amené enregistrer un podcast.

J’avais prévu de travailler sur mes CGV et au lieu de ça j’ai enregistré ce podcast et j’ai écrit le brouillon de cet article.

C’était simple, c’était fluide.

Mais comment faire face à l’urgence ? Mon processus en 6 étapes

Alors tu vas dire “Oui OK, mais comment aurais-tu fait si tes CGV étaient à rendre pour demain matin ? Même si tu n’es pas motivé, tu dois bien le faire !

Je connais très bien ça : quand on a des impératifs et des délais. Je pourrais te dire “il suffit de t’organiser à l’avance pour ne jamais être obligé de faire un truc à la dernière minute“.

Mais je sais que ce n’est pas si simple, car parfois on se retrouve dans cette situation malgré nos efforts pour être en avance.

Dans ce cas, je ne vais pas te mentir : c’est hyper douloureux de travailler avec zéro motivation. Mais il y a des moyens pour rendre cela moins difficile.

1- Déjà, concentre-toi sur cette tâche urgente

…et laisse tout le reste de côté ! Tout ce qui n’est pas urgent sort de ton planning tant que cette tâche urgente n’est pas accomplie.

2- Ensuite, tu élimines CATÉGORIQUEMENT toutes formes d’interruptions

… ton téléphone est éteint. Tes réseaux sociaux sont fermés. Il y a une feuille avec écrit “ne déranger sous aucun prétexte” sur ta porte. Ton téléphone fixe est débranché. Oui là je vais te demander d’être extrême.

3- On se met dans l’ambiance

Ma binôme et moi avons remarqué que travailler les volets fermés et sur un bureau peu encombré était bien plus facile. Ferme tes volets, débarrasse ton bureau du superflu puis mets une playlist de plusieurs heures ou une ambiance qui t’aide à produire. Personnellement, j’adore Chill Hop, c’est parfait, car ça passe en boucle sans avoir besoin de cliquer. Si tu as un casque anti bruit, n’hésite pas à t’en servir, personnellement j’ai un casque Bose sans fil à réduction de bruit QuietComfort 35 et ça t’aide vraiment à être dans ta bulle.

(ceci est un lien affilié, ce qui veut dire que je touche une petite commission si tu effectues un achat par ce lien. Rien en change pour toi : le prix reste le même !)

4- N’oublie pas de te munir d’une bouteille d’eau

…et d’aller aux toilettes avant de commencer.

5- Enfin on passe au moment crucial : le démarrage.

Ne réfléchis pas. C’est juste un moment à passer. Tu en es capable. Tu vas t’y mettre et ça va venir. Le plus dur c’est de t’asseoir devant ton écran et de commencer. Après on se laisse emporter par les étapes suivantes. Commence par la 1re étape la plus simple (ça peut être juste “allumé l’ordinateur”). Si possible, tu peux demander à un proche de t’aider à effectuer cette tâche. Ça aide souvent de savoir juste que l’on est aidé.

6- Dernière chose : quand tu as terminé, récompense-toi !

Même s’il n’est que 14h, tu arrêtes tout et tu prends le reste de ta journée pour te faire plaisir ! Rien que de savoir ça à l’avance rendra ta tâche moins douloureuse.

Si malgré tout, faire cette tâche a été une véritable torture : sache que ça arrive à tout le monde, que demain et un autre jour, que tout ceci finalement a peu d’importance. Tu es une personne de valeur qui fait de son mieux ! On peut en parler dans les commentaires si ça peut t’aider. 🙂

En complément, tu peux aussi découvrir…

Cette astuce que j’adore pour me remotiver, mais aussi ce podcast où j’aborde en profondeur le respect de son rythme de travail (parce que bien souvent, un problème de motivation cache un problème de rythme).

Merci d’avoir consulter cet article ! Si besoin, tu es libre de me poser tes questions en commentaire 🙂 .

Créativement,

Aurore

2 Comments

  1. Magali

    Bonjour Aurore,
    Excellent article. Qui n’a pas connu un manque de motivation devant une tâche à accomplir.
    Ce qui peut aussi aider c’est de se dire que je vais travailler juste 15 minutes et si après 1/4 d’heure je ne suis toujours pas motivée, j’arrête. Et souvent on se retrouve à travailler bien bien plus longtemps. Le plus dur est souvent le changement d’état 😉

    • Aurore Marguin

      Bonjour Magali et merci pour ce retour ! Oui tout en fait parfois le plus dure c’est finalement de s’y mettre 😉 et si la machine est lancée et que plus rien de la stop, tant mieux ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *





/ GRATUIT /  Découvre "Les 8 erreurs qui plomberont ta communication" et ACCÈDE au webzine