S’associer avec un ami : bonne idée ?

Se tromper de collaborateur peut être une erreur fatale pour votre business ! Votre projet nécessite de travailler à deux, et vous aimeriez vous associer avec un ami ? Cette question mérite d’être approfondie, car votre projet est en jeux, mais votre amitié aussi ! Vous n’avez envie de nuire ni à l’un ni à l’autre, mais en même temps, vous êtes bien tenté d’essayer ce binôme amical. Je vous partage mon expérience sur le sujet !

::::::::::

S’associer avec un ami peut-être génial comme catastrophique. J’ai moi-même travaillé avec plusieurs collaborateurs et amis sur des projets très variés (création de site web, livre pour enfant, création graphique, etc.) Dans cet article, je vais vous expliquer quels sont les dénominateurs communs des binômes amicaux ayant bien fonctionné pour moi, en espérant vous aider à décider si oui ou non, vous souhaitez travailler à deux avec votre ami. Et si la réponse est non, j’espère que cela vous guidera vers le collaborateur idéal pour votre projet. Tout d’abord, je vais vous demander si vous avez un passé professionnel avec cet ami. Puis, nous verrons l’importance du plaisir, de la confiance, des valeurs, de l’équilibre et du tempérament de votre ami.

::::::::::

 

Voici les 6 dénominateurs communs aux collaborations ayant bien marché pour moi :

1. Cette personne n’est pas génératrice de conflits ou de médisance

L’avantage, lorsque l’on est ami avec quelqu’un, c’est que l’on a pu constater si elle avait tendance à créer des conflits ou à « casser du sucre dans le dos des autres ». Ne vous faites pas d’illusions : elle va continuer ! C’est son tempérament et vous ne pouvez pas vous permettre d’espérer qu’elle change. Même si, pour une raison où pour une autre, vous ne vous disputez jamais avec cet ami, il faut aussi penser aux rapports avec les clients et les autres partenaires. Avez-vous vraiment envie d’inclure une personne conflictuelle dans vos relations clients et dans vos échanges avec vos partenaires ? S’associer avec un ami, pourquoi pas, mais il faut qu’elle puisse entretenir de bonne relation pas seulement avec vous, mais aussi avec les acteurs majeurs de votre réseau. Je travaille avec des collaborateurs ayant le sens du relationnel, de la diplomatie et de l’honnêteté.

 

2. Nous avons déjà travaillé à deux et ça s’est très bien passé

Vous avez déjà eu une expérience professionnelle commune avec cet ami et vous en gardez un bon souvenir ? C’est déjà un excellent point ! Attention cependant : si le contexte de travail est très différent de celui que vous avez connu ensemble, cela pourrait changer totalement la donne.

Quand Laurence et moi avons décidé de nous lancer dans l’aventure de l’auto-édition, nous savions, par notre expérience professionnelle commune, que tout irait comme sur des roulettes ! (Pour en savoir plus sur cette aventure, lisez cet article).

À l’inverse, si votre expérience professionnelle précédente avec cet ami s’est avérée mauvaise, laissez tomber ! Ne laissez pas votre amitié vous bercer d’illusions : il y a de fortes chances que vous alliez droit dans le mur.

 

3. J’ai plaisir à travailler avec cette personne

Ne soyons pas naïf : ce n’est pas parce que vous êtes amis que ça va être plaisant ! Rien ne vous oblige à être ami avec votre collaborateur à dire vrai. Mais vous devez faire preuve d’une bienveillance mutuelle et de beaucoup de considération l’un pour l’autre. En ayant une vision commune de la façon de travailler, vous pouvez développer avec un simple « collègue » une relation professionnelle très forte, mais différente de vos relations amicales. Les relations entre confrère ou collaborateur peuvent être très riches et fortes, elles sont juste différentes de la relation d’amitié. Bien sûr, dans certain cas, les deux peuvent se conjuguer, mais le plus important ici, ce n’est pas le fait d’être amis, mais le plaisir de travailler à deux.

 

4. Nous avons confiance l’un en l’autre

Je remarque qu’il y a toujours un rapport de confiance mutuel fort avec mes bons collaborateurs. J’ai confiance en eux et ils ont confiance en moi. C’est l’assurance d’une base solide et tellement de stress évité ! Vous savez que vous pouvez compter sur cette personne, et vous avez à cœur de ne pas la décevoir en retour : c’est un cercle vertueux très stimulant !

 

5. Nous partageons des valeurs communes

Pourquoi est-il important d’avoir des valeurs communes ? Afin d’éviter les concessions faites à contrecœur, le sentiment d’injustice ou de rejet. Cela vous évitera bien des conflits et facilitera beaucoup de décisions. S’associer avec un ami ne veut pas forcément dire qu’il aura exactement les mêmes valeurs que vous dans le travail. Autrement dit, les raisons qui font que vous êtes ami aujourd’hui n’ont peut-être rien avoir avec vos valeurs en temps que professionnels.

 

6. Notre relation est équilibrée

Si vous êtes le pilier du binôme et que vous êtes constamment en train de soutenir l’autre, ce n’est pas sain ! Vous devez pouvoir compter sur votre coéquipier et inversement. Pas de sens unique. Sinon, cela signifie qu’il y a une grosse faille dans votre collaboration. Peut-être que votre ami compte trop sur votre gentillesse, votre patience ou votre force de caractère ? Où peut-être qu’il traverse une période compliquée dans sa vie ? Quoi qu’il en soit, démarrer une collaboration dans ces conditions n’est probablement pas une bonne idée.

 

Dans tous les cas, rester prudent

Même si cette collaboration vous semble bien partie, ne vous engagez pas immédiatement avec cet ami. Choisissez plutôt de faire un essai, puis de voir par la suite. Expliquez à votre ami que votre projet et votre amitié sont trop précieux pour ne pas prendre de précautions.

 

J’espère que cet article vous aura plu ! Maintenant, dites-moi dans les commentaires si vous vous êtes déjà associé avec un ami et comment cela s’est passé ?

 

Créativement,

 

Aurore

  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •   

2 commentaires sur “S’associer avec un ami : bonne idée ?

  1. Bonne année 2018 Merci pour cet article ! Mais n’oublions pas que parfois travailler avec un ami est plus difficile qu’avec quelqu’un d’autres :
    – On laisse passer plus de choses
    – On ose moins critiquer pour ne pas froisser
    – Si ça ne marche pas, on peut perdre une amitié
    Bref, il y a quelques lis en garde mais le jeu en vaut la chandelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *