Au moment où j’écris ces mots (en fait je les dicte à mon smartphone, vous comprendrez plus tard pourquoi c’est important) je me sens déconnecter de ma créativité.

J’ai l’impression que mes études en graphisme et ma carrière de designer ne m’ont absolument rien appris sur la créativité. Ni sur comment la gérer ou la libérer.

Mais c’est une fausse impression.

La créativité, je la connais très bien.

Je l’ai tout particulièrement découverte lorsque j’étais étudiante. En entrant en école d’Art appliqué, je me suis mise du jour au lendemain à créer tous les jours. Utiliser mon imagination était une obligation.

Passons en revue tout ce que j’ai appris sur comment développer sa créativité.

Laissez votre créativité avoir une longueur d’avance sur vous

Il y aura toujours un moment où votre création vous dépassera. Au moment où vous êtes en train de créer, vous ne savez pas à l’avance ou votre œuvre va vous mener.

Je crois que je ne me souviens pas avoir une seule fois réussi à créer quelque chose qui soit exactement ce que j’avais en tête.

À chaque fois, je me suis surprise à découvrir une œuvre que je n’avais pas du tout anticipée.

Une œuvre que je n’attendais pas.

S’avérant être encore plus pertinente pour répondre au cahier des charges que l’idée initiale que j’avais en tête

Créer demande beaucoup de lâcher prise parce que vous devez accepter de ne pas avoir le contrôle. Accueillir ce processus qui vous dépasse vous aidera à développer votre créativité.

Renoncer au perfectionnisme pour développer sa créativité

Quand j’étais étudiante, j’avais du mal à accepter cette part d’inattendu, de non-contrôle. Quand je me suis lancée dans la création de contenu des années plus tard, j’ai réitéré ce même schéma.

J’ai voulu répondre à trop de critères de qualité, sur la façon de rédiger des articles, sur la façon de faire des vidéos, d’apporter de la valeur dans mon contenu.

Je voulais trop rentrer dans des cases. Ça étouffait ma créativité !

Voici la pensée qui m’a aidé à être moins perfectionniste :

Je pense (c’est une théorie toute personnelle) que les premières personnes à avoir eu du succès sur le web en faisant de la création de contenus n’avaient absolument aucune idée de ce qu’elles faisaient.

C’était un univers inexploré, sans point de repère.

Je pense qu’elles ont été authentiques et créatives. Elles ont expérimenté et défini les contours de ce qu’est la création de contenu aujourd’hui.

Laissez place à votre créativité

Pour avoir une chance de développer sa créativité, on a besoin de lui laisser de l’espace vital ! J’en sais quelque chose…

Comme je vous le disais plus haut, je n’ai pas laissé ma créativité prendre le volant. Je n’ai pas laissé ma création me dépasser.

J’ai restreint, restreint, restreint…

Jusqu’au point où je n’ai plus réussi à trouver le temps, je n’ai plus réussi à faire de la place pour ma créativité, pour qu’elle s’exprime.

J’avais tellement la tête dans le guidon qu’il n’y avait plus de place pour ça.

C’est embêtant lorsque ton métier c’est, littéralement, de la création !

En me coupant de ma créativité, je me suis coupée de moi-même, tout simplement.

Pour y remédier, je me suis autorisée à prendre autant de temps que nécessaire pour créer.

(Autant que nécessaire, j’insiste sur ce point !)

Petit à petit, l’habitude est revenue. C’était de nouveau là.

Se soumettre aux aléas de l’inspiration

L’élan créatif arrive parfois au moment où ça ne vous arrange pas du tout !

Quand l’inspiration est là, elle ne prévient pas. Cela demande encore une fois d’accepter de ne pas avoir le contrôle.

Par exemple, si vous êtes en train de cuisiner et que vous avez une idée qui vous vient à l’esprit, une inspiration, donnez-lui la priorité ! Notez votre idée, dicter là dans votre téléphone ou dessinez là dans un carnet.

Dans cinq minutes ce sera peut-être déjà parti et oublié.

Tant pis si vous n’avez pas terminé ce que vous faisiez. C’est maintenant et ça ne reviendra peut-être pas.

Là par exemple, au moment où j’écris ces lignes, je n’avais même pas prévu d’écrire un article. Je me suis sentie inspirée suite à une vidéo que j’ai regardée et je me suis dit que j’allais noter l’idée que j’ai eue sur le moment.

10 minutes plus tard, je suis toujours en train de dicter ce texte sur mon téléphone. Je suis montée dans le train de la créativité alors qu’il était en marche et je le laisse me transporter là où il veut.

Ne pas juger ses créations

Pour développer sa créativité, il est important de lâcher prise sur la nature de ce que vous créez. (OK, là je sens qu’il va falloir un exemple.)

Par exemple : imaginons que vous tenez un blog sur la cuisine japonaise, mais que vous êtes inspiré pour écrire sur la cuisine française, vous risquez de vous dire « non, mais attends là je suis hors sujet c’est pas du tout ce qui intéresse mes lecteurs » etc.

On s’en fout.

Lâchez prise et ne portez aucun jugement sur ce que vous êtes en train de créer ni sur ce que vous recevez comme inspiration.

Le jugement coupe la créativité, rien de plus nocif pour elle que de porter un jugement sur ce qui vous vient spontanément !

La créativité c’est justement la capacité à partir dans plusieurs directions et à sortir des sentiers battus.

Et parfois même dans des directions qui peuvent sembler hors sujet. C’est même très souvent le cas.

Ensuite seulement, quand vous aurez tout mis à plat, quand vous aurez laissé s’extérioriser vos idées, vous allez pouvoir faire le tri.

Là, des liens inattendus peuvent se tisser entre des sujets qui, de prime abord, ne semblent pas avoir de rapport entre eux. Ça, ça s’appelle l’innovation.

Le moment présent et la détente

Enfin, pour développer sa créativité, il y a une dernière chose que vous devez lâcher.

Et c’est peut-être le plus dur.

Lâchez la croyance que vous n’avez pas le droit de vous détendre. Que le travail rime forcément avec rigueur et douleur (l’inverse de la détente) !

Pour pourvoir :
– être en capacité d’avoir des élans créatifs quotidiens,
– être inspiré quasiment sur commande,
– laisser la place, le temps et la disponibilité d’esprit nécessaire à la créativité,
vous devez savoir vous détendre, être le moment présent et écouter votre intuition.

L’élan créatif survient souvent quand je suis dans le moment présent seule et au calme. Quand je contemple la nature, le ciel, un jardin ou tout simplement une plante verte. Quand je cuisine un bon petit plat (d’où l’exemple plus haut !) ou une autre activité qui me relaxe et m’ancre dans le présent.

Je suis parfois en train de savourer un thé. Des moments de plaisir, comme écouter un podcast, ou une vidéo de quelqu’un qui m’inspire, lire aussi, ou peut-être parfois tout simplement me faire les ongles, aller sur Pinterest (j’y ai créé plusieurs tableaux d’inspiration pour vous d’ailleurs)

Suivre les étapes clés sans les brûler

Mon métier de graphiste m’a aussi appris que lorsqu’il s’agit de créer afin de répondre à une demande, on ne peut pas se permettre de brûler les étapes.

Souvent, on veut aller trop vite et on passe à côté de certaines étapes clés.

Du coup, on est hors sujet (et pour de bon cette fois.)

La méthode : prendre le temps de bien s’imprégner du projet, de poser des questions au client, de comprendre… non, de ressentir plutôt (je n’ai pas l’impression que c’est quelque chose que j’intellectualise, c’est plus quelque chose que je ressens) ce que ce client va aimer ou pas, de quoi lui et son entreprise ont besoin, qu’elles sont ses attentes ?

Quand vous êtes bloqué, que vous avez le syndrome de la page blanche ou que vous n’arrivez pas à répondre à la demande, posez-vous ces questions :

– n’ai-je pas brûlé les étapes ?
– est-ce que je pourrais faire plus de recherche sur le sujet ?
– est-ce que j’ai besoin d’aller m’inspirer ? (Sur Pinterest ? En lisant des articles de blog ? Des livres ? En regardant des films ?)
– et si je mettais tout simplement ce contenu de côté et laissais quelque temps à mon esprit maturer tout ça ?
– est-ce que j’ai besoin de vivre une expérience qui va m’aider à compléter cet article ?
– est-ce que je n’ai pas voulu aller trop vite tout simplement ?
– est-ce que j’ai vraiment tous les ingrédients en ma possession pour créer ce que j’ai envie de créer ?

NB : la totalité de cet article je l’ai dicté sur mon smartphone. En suite je l’ai juste remis en forme. Je n’avais rien prévu. Merci créativité 😉 !

Si vous voulez m’aider à faire connaître le blog Marguin Design, vous pouvez le faire en partageant cet article sur Facebook ! Un grand merci par avance 🙂 .

Créativement,

Aurore

  • 39
  •  
  •  
  •  
  •