Une astuce pour améliorer sa communication

Une astuce dingue pour améliorer sa communication

Utilisée par de grandes sociétés comme Burger King ou Orangina, cette astuce dingue aide à améliorer sa communication, en transformant les défauts du produit ou du service… en qualité ! Oui, vous avez bien lu. Mais comment ça marche ? On voit ça tout de suite avec quelques exemples !

::::::::::

Saviez-vous que « la pulpe qui reste en bas » de la bouteille d’Orangina est, à la base, un défaut que la marque a choisi de transformer en atout ? Le fameux slogan « Faut bien secouer, sinon la pulpe, elle reste en bas » a changé en marque de fabrique ce qui aurait pu être vu comme une contrainte de consommation du produit.
Vous pouvez, vous aussi, en faisant preuve d’imagination, retourner certains défauts ou contraintes liées à vos produits / services, en votre faveur. Contourner subtilement les faiblesses d’un produit est un excellent moyen d’améliorer sa communication, la preuve : de très grandes marques utilisent cette astuce ! Mais attention à ne pas vous louper : je vous donne aussi, à la fin de cet article, l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire…

::::::::::

 

Transformer ses défauts en atouts pour améliorer sa communication

Orangina : pour cacher un défaut, mettez-le en avant !

Le logo Orangina, une bouteille secouée

Le fait que la pulpe reste en bas, ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler une qualité, si l’on y réfléchit bien… Mais, transformé en slogan, on en fait une caractéristique fun qui différencie ce produit des autres. Ce défaut a même influencé la conception du logo, qui représente une bouteille en train d’être secouée ! Parfois, comme dans le cas d’Orangina, le meilleur moyen d’améliorer sa communication de marque, c’est jouer avec ses faiblesses.

 

Burger King : le pouvoir de l’autodérision

Au début, on jugerait qu’il s’agit d’une publicité de Mcdonald’s se moquant ouvertement de Burger King. En réalité, ce dernier utilise intelligemment sa faible implantation en France par rapport à son principal concurrent. Ils nous font ainsi passer le message qu’un Wooper vaut bien la peine de faire 500km en voiture. Le résultat : une communication originale et impactante !

 

« Je suis un voyageur » : contourner un problème, c’est le changer en idée !

Laissez-moi à présent vous donner un exemple personnel. Avant de faire imprimer notre livre pour enfant « Je suis un voyageur », Laurence Fey et moi avions ajouté, à la fin, les paroles d’une chanson inspirée du texte du livre.

En effet, nous avions en tête, à l’époque, de concevoir une version musicale du livre, mais rien de concret à ce moment-là.

Quelques mois plus tard, l’occasion s’est présentée et nous avons demandé à Jean-Luc Traineau d’enregistrer la chanson. Jean-Luc nous a alors fait remarquer qu’il fallait modifier quelque peu les paroles pour que cela fonctionne en musique.
Nous nous sommes donc retrouvés avec tous les exemplaires de nos livres, comportant les mauvaises paroles de chansons.

Comment justifier que les paroles de chanson écrites sur le livre ne soient pas les mêmes que celles… de la chanson ?

Voilà la solution que nous avons trouvée : nous avons rajouté, sur la page comportant les paroles, une étiquette transparente, avec écrit « Le voyageur s’est amusé à changer quelques paroles ! À toi de trouver les différences en téléchargeant la chanson sur je-suis-un-voyageur.com/chanson« .

Nous attirons ainsi l’attention et la curiosité vers la musique à télécharger, tout en rajoutant un côté ludique.

Made.com : connaitre les défauts de son produit pour anticiper les réactions

Toujours dans la série des exemples personnels : mon conjoint et moi avons acheté une table basse en bois d’Acacia sur le site made.com. Même si j’étais assez sûr de notre choix, la question des traces se posait : moi qui bois beaucoup de thé, je ne voulais pas risquer de marquer ma table basse. J’aurais pu exprimer ma déception sur leur site en disant que la table aurait pu être protégée… mais au lieu de ça, j’ai lu dans le descriptif que le fabricant nous encourage à faire des traces pour un effet vieillissant vintage. Jolie pirouette, je dois l’admettre, car il anticipe ainsi les commentaires négatifs des clients.

 

Ce qu’il ne faut surtout pas faire

La SNCF

Dans cette courte pub pour l’appli SNCF, une femme se précipite pour prendre son train, sans savoir qu’il n’est de toute façon pas à l’heure.

Le problème ici, c’est que les usagés de la SNCF ne connaissant que trop bien la colère que va ressentir cette femme en arrivant à la gare. De plus, la solution proposée par la SNCF, à savoir : d’être informé en temps réel des perturbations sur le réseau, n’en est pas une… Les commentaires sous la vidéo témoignent bien de la façon dont le public a accueilli cette publicité.

Ici, on ne peut pas dire que la SNCF ait transformé ses défauts en atouts, au contraire. Non seulement ils nous montrent qu’ils ont conscience de leur problème de ponctualité et de l’impact sur le quotidien de leurs usagés, mais en plus ils démontrent leur incapacité à résoudre le problème, en remettant la responsabilité sur les usagés qui n’ont pas téléchargé l’application SNCF. Un bad buzz reste un buzz me direz-vous, mais est-ce vraiment là un bon moyen d’améliorer sa communication ? Je reste sceptique.

 

Maintenant, dites-moi dans les commentaires comment vous pourriez transformer les défauts de vos produits en qualités

Créativement,

 

Aurore

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •  
    38
    Partages
  •  
  • 26
  • 12
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *