Ce texte et cet audio ont été créés spontanément il y a bien longtemps. J’ai décidé de vous les partager aujourd’hui, ce qui explique pourquoi ils sont différents que d’habitude. Et franchement, j’adore qu’ils soient différents !

“C’est bien beau de vouloir vivre de ce que j’aime faire. Mais avant de penser à EN vivre, déjà faut-il LE vivre tout court.

Ce jour-là, après une séance de yoga improvisée, je me sens poussée des ailes et décide de faire un tour sur la plage.

Ce n’était pas une journée très productive, bien que j’ai donné cours toute la matinée.

Vous savez ce genre de journée qui nous laisse un goût de “je n’en ai pas assez fait”.

Mais là, je le sens bien, malgré tout. Malgré le sentiment d’échec que me laisse cette journée. Malgré la fatigue et la frustration.

Je me sens bien et j’ai une furieuse envie de faire ce que j’aime !

En me dirigeant vers la plage, je me dis que transformer ce sentiment ponctuel en état quasi-permanent, ça serait pas mal.

Bref, je me pose sur un ponton, je m’allonge, les écouteurs dans les oreilles. La mer, le ciel, les bateaux. C’était pas mal ça aussi ! Je contemple, je rêvasse.

“Je devrais faire ça plus souvent”

Et là, je repense à quoi ressemble mon quotidien.

Bureau sombre, ordinateur et souris.

“Pourquoi je ne fais pas ça plus souvent ? Où plutôt : pourquoi je ne fais… jamais ça ? ”

“Et puis pourquoi je ne fais jamais… Toutes les autres choses que j’aime ?”

“Attends 2 minutes… tu veux vivre de ce que tu aimes ? Alors que tu ne fais jamais rien de ce que tu aimes ?”

Ça m’a frappée.

“C’est un p*t*** de non-sens !”

Comment veux-tu vivre de ce que tu aimes si ça n’existe pas ?

“C’est déjà suffisamment compliqué de vivre de sa passion. Mais alors là ! ”

“Comment vivre d’un truc… que tu ne fais pas ?”

Comment créer un business autour de ce que j’aime si je ne m’autorise pas au quotidien à faire les choses qui me plaisent ?”

En quittant la plage, je me suis dit exactement ça : commence par LE vivre avant d’EN vivre.

Voici le podcast que j’ai enregistré à ce moment-là :

Après avoir enregistré ça, je me suis donné pour but de savoir quelles sont ses choses que j’aime faire. Et comprendre pourquoi je ne me les autorisais pas.

C’est pourquoi aujourd’hui, j’écris “vivre (de) tes passions”. “De” entre parenthèses, pour ne jamais oublier que le but c’est de “vivre passion”, avoir un revenu n’est qu’un moyen de le faire davantage, mais en aucun cas cela ne doit devenir la motivation première, au risque de perdre de vue ton véritable Pourquoi.

J’avais pourtant été prévenue, j’avais vu venir les signes que je ne mettais pas mon énergie où il fallait. Mais il y a des choses qu’il faut travailler en plusieurs fois pour qu’elles soient vraiment bien intégrées.

Tu es libre de partager cet article, surtout si tu penses à une personne que cela pourra interressée !

Créativement,

Aurore