Savoir s’affirmer, être sa priorité

Avoir une bonne communication visuelle ne sert à rien si l’on n’a pas le bon état d’esprit. Le meilleur logo du monde ne compensera ni le fait que vous soyez désolé d’être là ni votre tendance à vous faire passer en second. Mais c’est loin d’être facile et j’en sais quelque chose. Savoir s’affirmer et se faire passer en priorité sont des challenges majeurs que je dois relevé, tous les jours. Mais je sais que c’est essentiel pour être libre, passionné, et bien dans sa com’.

::::::::::

Très jeune j’ai commencé à me sentir responsable du bonheur (et donc, du malheur) des autres. Je n’ai pas réussi à trouver une place pour mon propre bonheur dans cette mission. C’est pourquoi j’ai finalement développé la croyance que faire des choses pour moi ne compte pas. L’entrepreneuriat est une expérience de développement personnel en soi. J’ai dû me faire violence et affronter ce problème. Savoir s’affirmer est encore un challenge pour moi, mais devenir entrepreneur m’a poussé à m’y mettre. Alors, si vous aussi, chaque jour, vous :
– mettez de côté vos envies.
– vous préoccupez de ne contrarier personne
– vous sentez responsable du bien-être des gens qui sont avec vous, même quand leur souffrance n’a pas de rapport avec vous.
Cet article est pour vous !

::::::::::

 

S’échapper dans le travail

Vous reconnaissez-vous dans l’une des affirmations suivantes ?

« J’ai dû mal à me rendre disponible pour mes proches, car je ne veux pas me sentir responsable de leur bien-être (c’est un moyen de me préserver). Je préfère me plonger dans le travail. En revanche, je fais de mon mieux quand mes amis sont dans le besoin ».

« Passer du bon temps avec mes amis revient à faire une chose que j’aime, pour moi. Mais j’ai le sentiment profond que ça ne m’est pas autorisé, que j’ai des choses plus importantes à faire ».

« Depuis des années, je ne vis qu’à travers mon travail. Si bien qu’ aujourd’hui, j’y mets énormément de résistance, j’ai beaucoup de mal à m’y mettre sans angoisser. »

« Je me mets énormément de pression dans le travail, car il a beaucoup trop d’enjeux : je le perçois comme étant ma seule et unique source légitime de joie, ma seule occasion de faire quelque chose qui me plait vraiment, ma seule solution pour être heureuse ! Si l’on m’empêche de travailler, alors cela veut dire que je ne peux pas être moi ».

« J’essaie d’exercer un métier-passion, mais j’ai le sentiment de toujours passer à côté du plaisir et de la joie »

Si oui, alors cela veut peut-être dire que vous avez construit votre vie autour du fait de vous préoccuper des sentiments des autres avant les vôtres, et que vous avez trouvé dans le travail une échappatoire socialement acceptable. Il est peut-être temps d’apprendre à se faire passer en premier, à savoir s’affirmer.

 

Faciliter la vie des autres, se sentir utile

Pendant longtemps, ma priorité était de faire en sorte de ne jamais déplaire, d’être un facilitateur. Faire des choses pour soi, ça me rendait moins disponible pour cette autre mission. Difficile de faire les choses dont vous avez envie quand vous devez, en plus, faciliter la vie des autres. Ce qui est profondément injuste pour vous et non viable sur le long terme.

La seule chose sur laquelle je m’autorisais à me focaliser était mon projet professionnel. Car comme il y avait un gain financier et un projet de carrière, cela me donnait le sentiment d’avoir la permission de faire ce que j’aimais.

De la même manière, je me suis focalisé sur des études que j’aimais parce que c’est le seul et unique contexte dans lequel faire ce que j’aimais me semblait autorisé, utile.

Autrement, j’ai le sentiment que rien ne justifie ni ne valide que je fasse une chose pour moi. Il faut que cela soit « rentable » !

 

Savoir s’affirmer, c’est comprendre que tu dois te choisir

C’est un long chemin, et il faudra être patient. J’ai fait un gros travail sur moi, que je poursuis encore.
Je dois avouer que le 14 juillet 2016 n’y est pas étranger. Habitant tout près de Nice, j’ai eu la chance immense de n’avoir perdu personne. Dieu merci. Ceci dit, les semaines qui ont suivi, je sentais que je n’étais plus la même. C’était plus fort que moi. Je ne pouvais tout simplement plus être comme avant.

J’ai compris, par la suite, que ce tragique événement m’avait mis face à une réalité : « La vie est trop précieuse, TA vie est trop précieuse : tu DOIS te choisir. C’est ton devoir envers toi-même. C’est la seule façon de te sentir bien. ». Même si, se choisir, ça veut aussi parfois dire : déplaire. C’est là  que s’avoir s’affirmer demande du courage.

 

Rendre à césar ce qui est à césar

La souffrance des gens leur appartient. Souvenez-vous, dès que vous vous sentez responsable du bien-être de l’autre, qu’il ait le seul à pouvoir agir. Vous n’avez pas le pouvoir de sauver les gens d’eux même. Vous pouvez apporter un soutien, mais pas les sauver. Vous pouvez leur montrer la fontaine, mais pas boire à leur place. Une réalité dure à accepter, mais qui, lorsque ce sera fait, vous ouvrira tellement de possibilités.

 

Redéfinir le verbe « aider »

Aussi, prenez conscience d’une chose essentielle : vous n’aidez pas les gens en agissant ainsi. J’ai compris bien tard qu’aider les gens, ce n’est pas les materner ou faire à leur place, ce n’est pas prendre la responsabilité de leur bonheur ni absorber leur souffrance. Je crois qu’aider les autres, c’est les inciter à reprendre leur propre pouvoir, tout en leur montrant qu’ils ne sont pas seuls.

 

La réaction de vos proches…

Si l’on vous reproche de penser à vous ou de ne pas penser aux autres, vous ressentez une grande injustice, parce que ce seul moment où vous avez pensé à vous, vous avez lutté pour y arriver ! Ce moment où vous vous faites passer en priorité est une victoire en soi. Ça a été difficile… On devrait vous féliciter, pas vous faire des reproches.
Il faut donc parler à vos proches de votre prise de conscience. Leur expliquer que vous étiez comme ceci et que désormais vous allez évoluer. Ils risquent de prendre cela pour un élan d’égoïsme, mais rassurez-les en leur disant que ce n’est pas dans votre nature. Savoir s’affirmer, c’est aussi savoir communiquer sa vérité à ces proches.

 

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à le partager autour de toi !

 

Créativement,

 

Aurore

  •  
  •  
  • 16
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *